Toute l'actualité

Barre de partage

Cérémonie de remise du prix Sony Labou Tansi des lycéens 2017

La cérémonie de remise du prix Sony Labou Tansi des lycéens, théâtre francophone, s'est déroulée mardi 26 septembre au centre culturel Jean Gagnant à Limoges.
Léonore Confino, auteure franco-suisse, est la lauréate de l'édition 2017 avec sa pièce Le poisson belge.

Illustration

Le prix Sony Labou Tansi des lycéens, théâtre francophone a été créé en 2003 dans l'académie de Limoges. Grâce au vote de tous les élèves qui participent à l'opération et qui sont issus d'académies et de pays différents, il permet de récompenser chaque année une œuvre de théâtre contemporaine et d'expression française.

Ce prix est une des actions du Pôle de ressources pour l'éducation artistique et culturelle (Préac) « Écritures contemporaines francophones et théâtre ».Il est né d'une préoccupation commune à l'Éducation nationale et aux Francophonies en Limousin : comment faire lire, entendre et voir du théâtre contemporain d'expression française ?

Le Festival des francophonies et sa Maison des auteurs jouent en effet un rôle prépondérant dans la circulation des œuvres dramatiques, la rencontre des écritures et des esthétiques d'expression française. Ils offrent une occasion exceptionnelle pour les jeunes de découvrir la langue française hors de son aire hexagonale.

Le prix Sony Labou Tansi n'existerait pas sans un partenariat exemplaire entre le rectorat, Canopé, Le Festival des Francophonies, le Conseil régional et la Drac, les EAT (écrivains associés du théâtre), SNCF Limousin, le centre des écritures dramatiques Bruxelles, la compagnie Méthylène et Theatrecontemporain.net.
A travers ce prix, l'Éducation nationale s'est fixée comme objectifs de mettre en contact de jeunes lycéens avec les écritures contemporaines de théâtre, de leur faire découvrir l'originalité, la diversité et la richesse de ces écritures dramatiques qui leur parlent du monde d'aujourd'hui. Il est aussi l'occasion pour les élèves d'exercer leur esprit critique, de susciter leur réflexion par la confrontation et le partage. Il permet de remotiver l'acte de lire en lui conférant un enjeu et une légitimité par la possibilité donnée aux lycéens d'élire leur œuvre préférée.

Dans la vaste production littéraire, il est difficile pour un enseignant de choisir des œuvres accessibles à des adolescents en formation. Aussi le prix Sony Labou Tansi propose-t-il de travailler autour d'un corpus de cinq textes choisis en plusieurs étapes. Un premier comité de lecture composé d'acteurs du théâtre et du livre retient douze œuvres parmi les « coups de cœur » des maisons d'éditions. Un comité d'enseignants de l'académie de Limoges se réunit ensuite et, parmi les douze œuvres retenues par le premier comité, en retient cinq.
Afin de faciliter la lecture de ce corpus, le Préac prend en charge pour toutes les classes inscrites l'achat de plusieurs exemplaires de chacune des œuvres sélectionnées.

Des lectures, débats, argumentations s'organisent dans les classes au rythme de chaque professeur qui reste libre de ses choix pédagogiques. Afin que les élèves puissent entendre le texte de théâtre et en débattre dans les meilleures conditions, le Préac finance également des interventions des comédiens de la compagnie Méthylène dans les classes. Et afin d'enrichir les exploitations pédagogiques du corpus d'étude, une équipe de professeurs rédige chaque année un consistant dossier d'accompagnement.

Illustration

Courant mai, une journée académique est organisée en partenariat avec la Ville de Limoges. Elle est l'occasion pour les élèves des classes participantes de l'académie de Limoges, par groupes, de préparer des argumentations communes, de travailler la lecture d'extraits significatifs des pièces et de plaider devant l'assemblée de leurs camarades pour défendre leur œuvre favorite. Un vote à bulletin secret a lieu, chaque élève a une voix. C'est donc à l'issue de cette journée académique que le lauréat du prix est connu. Mais il importe de préciser que le scrutin limousin n'est pas le seul engagé. Des classes d'autres académies et d'autres pays francophones participent au prix. Leur part ne cesse d'augmenter. Pour l'édition 2017, pour la première fois, le nombre de participants non limousins a même être plus important.

Le prix ne s'arrête pas là. Une lecture publique de l'œuvre lauréate, préparée par des élèves de l'académie de Limoges, est proposée au programme du festival des Francophonies, en présence du lauréat qui reçoit un prix doté par la SNCF. Les classes inscrites pour le prix suivant sont invitées à y assister quel que soit leur académie ou pays. Ainsi les élèves transmettent le projet à leurs pairs, d'une année sur l'autre.

Les cinq œuvres qui étaient en lice pour l'édition 2017 étaient :

  • Habiter les terres de Marcelle Dubois (2016 ; Lansman)
  • Finir en beauté de Mohamed El Khatib (2015 ; Solitaires Intempestifs)
  • A bout de sueurs de Hakim Bah (2015 ; Lansman)
  • Le poisson belge de Léonore Confino (2015 ; Actes Sud papiers)
  • Chouf de Sébastien Joanniez (2014 ; Editions Espaces 34)

C'est la pièce de Léonore Confino, Le poisson belge, qui a reçu le prix ce mardi 26 septembre au centre culturel Jean Gagnant.

Pour l'édition 2018, lancée à cette occasion, 1 412 élèves de 37 lycées sont d'ores et déjà engagés.

Barre de partage
  • Agrandir
  • Imprimer

Directions des services départementaux de l'Éducation nationale

Carte des établissements de France

Bouquet de services en ligne

Campagnes nationales

Des milliers de ressources pour enseigner avec le numérique

Bannière : Téléchargez l'appli e-parents

Visuel : SAIP Système d'alerte et d'information des populations

Illustration : Téléchargez les horaires de l'école de votre enfant

Non au harcèlement, élèves, parents, professionnels : appelez le 30 20, du lundi au vendredi de 9h à 18h, appel gratuit

Visuel : Handicap tous concernés

Visuel : L'école change avec le numérique

Où se former aux métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation ?

Contact