Toute l'actualité

Barre de partage

Traquer les fake news : initiation artistique au lycée Martin Nadaud

Du 12 au 16 octobre 2020, le lycée Martin Nadaud de Bellac a eu la chance d’accueillir la compagnie de théâtre La Poursuite/Makizart. Le projet #fakenews, initié par le Théâtre du Cloître de Bellac en collaboration avec l’équipe éducative du lycée, vise à sensibiliser les élèves aux fausses informations.

Les élèves des classes de Seconde Professionnelle et de 3ème prépa-métiers n’ont pas été prévenus de l’intervention de la compagnie de théâtre La Poursuite, ni de la banalisation de la semaine de cours pour l’occasion.
Ce projet surprise a débuté avec une conférence « Homme et marchandises, une histoire du XXème siècle » animée par Richard Dekowsky, docteur en Histoire à l’université Paris-Sorbonne. Cette conférence sur l’industrialisation était basée sur de fausses informations. Le but était de montrer aux élèves que l’on peut s’appuyer sur une autorité fiable (ici, université de La Sorbonne) pour prouver la validité de ses arguments dans un but de désinformation.

Experts #fakenews

Deux comédiens de la troupe La Poursuite ont joué, tout au long de la semaine, le rôle d’« experts en fake news » afin de sensibiliser les élèves à la circulation des fake news sur les réseaux sociaux. Ils ont travaillé sur les fausses informations, de leur création à leur diffusion.
Les experts ont diffusé un documentaire erroné sur la tragédie du Titanic. Cette diffusion a permis aux lycéens d’observer les différentes techniques de communication propres aux fake news et à la désinformation.
Après les interventions théoriques, les élèves de la classe prépa-métiers ont créé leur propre fake news sur le Titanic. Ils ont élaboré le scénario en collaboration avec les comédiens de La Poursuite. Grâce au matériel de la troupe de théâtre, les élèves ont pu se filmer et donner vie à leur fake news.
Ce film sera présenté aux autres élèves et aux enseignants de l’établissement lorsque les conditions sanitaires le permettront pour les sensibiliser à leur tour au repérage des fake news et à la lutte contre la désinformation.

Illustration

Quelques témoignages d’élèves

« Nous avons créé une fake news.
Au début, je n’ai pas aimé le projet : On a assisté à une conférence avec un prof de La Sorbonne... conférence qui s’est révélée basée sur de fausses informations, et de faux profs et journalistes ! C’était une fake ! Les premiers jours ont été réservé à l’écriture et la distribution des rôles... mais par la suite, le tournage... et ça, j’ai adoré. J’ai découvert les métiers d’ingénieur-son, réalisateur, clapiste et acteur. » Mattéo

« En fait, tout a commencé par un mensonge dont nous avons été victimes. Lundi matin, nous avons en effet été victimes d’une trahison de notre professeure qui nous a menti en nous disant qu’un expert allait venir pour nous parler de faits historiques. On a assisté à une conférence sur le Titanic, et celle-ci s’est révélée être un fake métrage dont je tairai le nom pour ne pas plomber le suspens. Pendant le tournage, nous avons découvert des métiers du cinéma : ingé-son, réalisateur, clapiste et acteur ! » Yann

« Le projet a commencé par une conférence qui était une fake.
Le projet consistait à créer un film pour montrer aux personnes qu’il ne faut pas tout croire.
Sur le tournage, j’ai été ingénieur-son, acteur et assistant réalisateur.
J’ai apprécié l’expérience. » Sylvain

« Lundi, les acteurs sont aussi venus nous montrer que les fakes se répandent très vite sur les réseaux sociaux ; mardi et mercredi, nous avons à notre tour écrit le scénario, trouvé le titre et distribué les rôles.
Mon rôle dans le court-métrage était d’être acteur. » Mael

« Lundi, nous avons été voir une conférence qui parlait du Titanic... mais tout était faux. Nous avons ensuite créé notre propre histoire pour parler aussi du Titanic. Vous la découvrirez bientôt puisque nous en avons fait un film !
Sur le tournage, j’étais actrice. J’ai bien aimé ce projet : ça nous a montré différents aspects des métiers du cinéma. » Jade

« Le projet consistait à inventer une histoire, et la répandre comme vraie !
Nous avons tourné un film, et j’étais acteur sur le tournage.
J’ai beaucoup aimé l’expérience : j’ai découvert plusieurs métiers comme clapiste, caméraman, scripte, et réalisateur. » Jean-François

« Le projet consistait à parler des fake news sur les réseaux sociaux.
Lundi, on a été convié à une conférence. Il y avait une journaliste espagnole et un conférencier de La Sorbonne. En fait, tout était faux et ces deux personnes se révélèrent acteurs !
Mardi, nous avons commencé à écrire le scénario de notre fake news, et on a distribué les rôles.
Nous avons filmé à partir de mercredi, et le tournage s’est terminé vendredi.
On a créé un film : j’avais le rôle d’un lycéen, et j’apparais dans deux scènes.
C’était une super expérience car j’ai vaincu ma peur de passer devant une caméra. Je me suis bien marré, et j’ai en plus découvert les métiers d’acteur, réalisateur, clapiste et ingénieur-son. » Quentin

« Lundi, nous avons été assister à une conférence qui parlait d’une fausse histoire sur le Titanic. Ça a marché, nous y avons tous cru... Après, nous avons réalisé une fausse histoire à notre tour. Mon rôle sur le tournage : je jouais une étudiante. Je suis passée aussi de l’autre côté de la caméra : j’ai été clapiste et ingénieur-son. J’ai aimé faire ce projet, j’y ai découvert des métiers et me suis amusée. » Alyssia

« Sur le tournage de notre court-métrage, je me suis essayé au rôle de caméraman et réalisateur : je devais bien placer la caméra, et choisir les plans.
J’étais aussi acteur.
J’ai bien aimé le projet, ça m’a plu.
Les métiers que j’ai découverts sont caméraman, réalisateur, acteur, clapiste, scripte et ingénieur-son. » Kylian

« La semaine avant les vacances, j’ai joué dans un court-métrage que ma classe et moi avons imaginé et réalisé. Le projet est de faire croire que notre histoire est vraie... car le tout début de ce projet repose sur une fake : nous avons assisté le lundi à une conférence qui était complètement fausse. C’est ce qu’on appelle une « fake news ».
On nous a demandé alors de créer la nôtre.
Le métiers que j’ai découvert sur le tournage sont les métiers de clapiste, réalisateur, caméraman, clapiste et comédien ; mais dans l’ensemble, c’est le métier d’acteur que j’ai le plus pratiqué.
C’était plutôt bien, ce projet ! » Noah

Barre de partage
  • Agrandir
  • Imprimer

Directions des services départementaux de l'Éducation nationale

Carte des établissements de France

Bouquet de services en ligne

Campagnes nationales

Services publics+ Retrouvez nos engagements et nos résultats

Vous souhaitez devenir enseignant ?

0 806 000 278 : Aides financières d'urgence aux étudiants

La mallette des parents, accompagner ensemble les enfants vers la réussite

 

Non au harcèlement, élèves, parents, professionnels : appelez le 30 20, du lundi au vendredi de 9h à 18h, appel gratuit

Visuel : Handicap tous concernés