LE CADRE EUROPEEN COMMUN DE REFERENCE POUR LES LANGUES

Martine LINOL, IA IPR d’anglais
dimanche 5 novembre 2006
popularité : 3%

Cet ouvrage  a été élaboré par des experts et des linguistes au sein du Conseil de l'Europe. Il est constitué de descripteurs qui balisent les différentes étapes de l'apprentissage des langues en Europe et calibrent l'enseignement et l'évaluation, notamment à travers la définition des niveaux de compétence qui permettent de mesurer les progrès à chaque étape de l'apprentissage.  C'est aussi  une base commune pour l'élaboration des programmes et des référentiels d'examens  et de certifications. C'est sur lui que s'appuient désormais tous les programmes de LV, de l'école primaire au baccalauréat.

  • Il a pour objectif d'aider à la mise en place d'une politique cohérente en matière d'enseignement des LV, en assurant la lisibilité et la transparence des programmes.
  • Il vise à contribuer au plurilinguisme et au respect des langues et des cultures de l'Europe.
  • Il sert de base de référence pour les trois objectifs qui sous-tendent tout apprentissage : apprendre- enseigner- évaluer.

L'échelle des niveaux de compétence :

Elle s'organise en trois niveaux : A, B, C

 Le niveau A correspond à l'utilisateur élémentaire de la langue et se décline en A1, niveau introductif  et A2, niveau intermédiaire aussi appelé de survie.
 Le niveau B correspond à l'utilisateur indépendant et se décline en B1, le niveau seuil, et le niveau B2, niveau avancé.
 Le niveau C correspond à l'utilisateur expérimenté et se décline en C1, niveau autonome et C2, niveau de maîtrise.

Les programmes de l'enseignement des LV en France fixent désormais l'objectif du niveau A1 pour la fin de l'école primaire, A2 pour le Socle Commun de Connaissances et de Compétences, B1 en fin de scolarité obligatoire pour le LV1 (et A2 pour le LV2) et B2  pour le baccalauréat en LV1 (B1 en LV2).

Les compétences fondamentales de l'apprentissage d'une langue vivante s'organisent autour de cinq activités langagières ; écouter, lire, prendre la parole en continu, prendre part à une conversation, écrire.

Une grille pour l'auto-évaluation fixe ce que l'apprenant est capable de faire dans chacune des cinq activités langagières, à chacun des six niveaux  de l'échelle (pages 26 et 27).

Pour une évaluation plus précise et un balisage  plus progressif de l'apprentissage, on peut se reporter aux différents tableaux de descripteurs qui indiquent, toujours par des formulations positives, ce que l'utilisateur de la langue est capable de faire dans différentes situations de communication  (domaine personnel, public, professionnel, éducationnel).

Quelques exemples :

S'exprimer oralement en continu :

Au niveau A1 : « Peut produire des expressions simples isolées sur les gens et les choses ».

Au niveau A2 : « peut décrire ou présenter simplement des gens, des conditions de vie, des activités quotidiennes, ce qu'on aime ou pas, par de  courtes séries d'expressions ou de phrases non articulées ».

Au niveau B1 : « Peut assez aisément mener à bien une description directe et non compliquée de sujets variés dans son domaine en la présentant comme une succession linéaire de points ».

Au niveau B2 : « Peut méthodiquement développer une présentation ou une description soulignant les points forts et les détails pertinents ».

                         « Peut faire une description et une présentation détaillée sur une gamme étendue de sujets relatifs à un domaine d'intérêt en développant et justifiant les idées par des points secondaires et des exemples pertinents ».

Au niveau C1 : » Peut faire une présentation ou une description d'un sujet complexe en intégrant des arguments secondaires et en développant des points particuliers pour parvenir à une conclusion appropriée ».

Au niveau C2 : « Peut produire un discours élaboré, limpide et fluide, avec une structure efficace qui aide le destinataire à remarquer les points importants et à s'en souvenir ».

D'autres exemples :

  • En compréhension orale (cf. page 55 et 56), au niveau A2 : Peut comprendre assez pour pouvoir répondre à des besoins concrets à condition que la diction soit claire et le débit lent. Peut comprendre des expressions et des mots porteurs de sens relatifs à des domaines de priorité immédiate, par exemple : information personnelle et familiale de base, achats, géographie locale, emploi.
  • En compréhension écrite (cf. page 57), au niveau B1 : ¨Peut lire des textes factuels sur des sujets relatifs à son domaine et à ses intérêts avec un niveau satisfaisant de compréhension.
  • En expression écrite (page 51), au niveau B2 : Peut écrire des textes clairs et détaillés sur une gamme étendue de sujets relatifs à son domaine d'intérêt en faisant la synthèse et l'évaluation d'informations et d'arguments empruntés à des sources diverses.
  • En interaction orale (page 61), au niveau A2 : Peut communiquer dans le cadre d'une tâche simple et courante ne demandant qu'un échange d'information simple et direct sur des sujets familiers relatifs au travail et aux loisirs. Peut gérer des échanges de type social très courts mais est rarement capable de comprendre suffisamment pour alimenter volontairement la conversation. Peut interagir avec une aisance raisonnable dans des situations bien structurées et de courtes conversations à condition que l'interlocuteur apporte de l'aide le cas échéant. Peut faire face à des échanges courants simples sans effort excessif ; peut poser des questions, répondre à des questions et échanger des idées et des renseignements sur de sujets familiers dans des situations familières prévisibles de la vie quotidienne.

Evaluation:

Les compétences à évaluer sont de trois ordres :

  • linguistique : l'étendue et la correction des savoirs lexicaux, grammaticaux, phonologiques.
  • Sociolinguistique : savoir utiliser la langue dans sa dimension sociale, en utilisant avec pertinence, par exemple les niveaux de langue, les règles d'adresse et de politesse, des tournures idiomatiques.
  • Pragmatique : connaître les principes d'organisation du discours, de cohésion, de cohérence, s'exprimer avec souplesse et aisance.

L'approche actionnelle et la réalisation de tâches. (cf. chapitre 7) 

« Les tâches ou activités sont l'un des faits courants de la vie quotidienne dans les domaines personnel, public, éducationnel et professionnel. L'exécution d'une tâche par un individu suppose la mise en œuvre stratégique  de compétences données, afin de mener à bien un ensemble d'actions finalisées dans un certain domaine avec un but défini et un produit particulier » ( CECR p.121).

Tout locuteur, quel que soit son âge, est d'abord un acteur social qui évolue dans un environnement au sein duquel il réalise des actes, y compris des actes de parole. Cette perspective met en évidence le lien entre l'acte de parole et  sa finalité, entre le dire et le faire. Ainsi, la mobilisation des compétences cognitives, culturelles, linguistiques autour d'un projet qui aboutit à un résultat identifiable  donne du sens à l'apprentissage et accroît la motivation de l'élève.

EXEMPLE : projet pédagogique 1ère :

Il s'agit de construire une perspective chronologique de l'évolution des droits de vote des noirs américains : la séquence est en relation avec le programme de 1ère, dans la thématique opposition / révolte/ influence.

La classe est divisée en 4 groupes qui étudient chacun un document différent sur la perspective historique entre 1865 - 1960. Ils sont guidés dans la compréhension des documents par des fiches  qui préparent le relevé des informations, leur classement, la mise en relation de ces éléments qui sont ensuite restituées oralement. Il s'agit d'un compte rendu, avec prise de parole en continu par un rapporteur pour chaque groupe. Celui-ci doit être capable de rendre compte des faits, et informations essentielles, de susciter l'attention de son auditoire,  d'interagir au moment des questions et interventions des auditeurs. Ces derniers doivent écouter, prendre des notes de façon à être capables ensuite de résumer les informations essentielles. La production finale, réalisée par l'ensemble de la classe, est la rédaction d'un article de presse synthétisant l'évolution de la législation en matière de droit de vote des noirs. Pour cela ils sont aidés d'une fiche reprenant les mots clés à la thématique, ainsi que d'un index fonctionnel. Les critères d'évaluation sont indiqués : ils portent sur le contenu culturel, la prise de risque (capacité à mobiliser le lexique, à utiliser les formes grammaticales adéquates, à reformuler et varier l'expression, à utiliser des mots de liaison), et enfin la correction de la langue.

Les 5 activités langagières sont mises en œuvre :

  • la compréhension de l'écrit : lire pour s'informer.
  • la compréhension orale :' suivre des exposés courts' (CECR)
  • l'expression orale en continu et en interaction.
  • la production écrite.

Dans cet exemple, les élèves sont placés en situation de communication réelle et ont des tâches à accomplir, puisqu'ils ont besoin d'obtenir des autres une information qu'ils ne possèdent pas pour aboutir au produit fini.

On voit donc qu'à partir du programme, qui reste la référence incontournable et qui fixe les objectifs du travail linguistique, méthodologique et culturel, le Cadre donne au professeur des pistes concrètes pour élaborer des tâches et évaluer les performances des élèves.

L'évaluation.

On voit à partir de cet exemple qu'on s'achemine vers un nouveau type d'évaluation  (que ne permettent pas de faire les évaluations traditionnelles) comme le stipule la loi d'Orientation pour l'Avenir de l'Ecole : « les connaissances et compétences acquises en langues étrangères au cours de la scolarité font l'objet de certifications spécifiques ». Il s'agira d'évaluations par compétence, qui doivent être mises en place au cours de la scolarité. Elles ont déjà été mises en œuvre au cours de l'année 2005/2006 en allemand, et sont prévues pour 2007/2008 en anglais.

Il convient donc de nous y préparer pour mieux préparer nos élèves. L'utilisation du Portfolio aidera les élèves à faire régulièrement le point sur leurs acquis et à se fixer des objectifs en relation avec les niveaux du Cadre, selon une approche positive qui ne manquera pas de consolider leur motivation.

                                                                      Martine LINOL, IA IPR d'anglais.


Commentaires

Agenda

<<

2014

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

8 juin 2012 - DVDs pour enseignants

Depuis 2005, le site Zérodeconduite.net propose aux enseignants des contenus exclusifs sur (...)

9 octobre 2010 - Lancement de la Plateforme Ciné lycée

Toutes les informations sur http://cinelycee.fr/

12 octobre 2009 - DVD Ciné-VO

Le CRDP de l’Académie de Paris propose aux professeurs d’anglais de collèges et de (...)

23 avril 2009 - CIEP : Productions orales

Le CIEP vient de faire paraître un DVD de productions orales illustrant, dans diverses langues, (...)

13 janvier 2009 - DEBATS CITOYENS

Afin de prolonger le stage PAF animé par Cécile Crespin, IPR de l’académie de Rennes, ou (...)